retour

Coloration naturelle : ce qu’il vous faut pour un rendu tout en nuances

Dossier sur la coloration naturelle

  • coloration naturelle
  • `

Alex, l’expert coloriste de l’atelier Ismérie et super-pro des colorations naturelles, nous dit tout sur ces couleurs lumineuses et sans contraintes.

La coloration naturelle – à ne pas confondre avec la coloration végétale – n’est pas une coloration formulée à partir de produits naturels. Il s’agit d’une coloration qui permet un résultat nuancé, lumineux et jamais marqué, en un mot : naturel. Le grand spécialiste de ce genre de colo, à Paris, c’est Alex, de l’Atelier Ismérie (rue des Jeûneurs dans le IIe). Il adore ça et il est rapidement devenu réputé pour ses couleur presque invisibles, qui illuminent et ne demandent aucun entretien (certaines de ses clientes ne viennent qu’une fois par an !) Sa philosophie : toujours prendre en compte la fréquence à laquelle elles vont revenir et travailler en step by step. Lorsque des filles frileuses viennent le voir, il commence par des choses très naturelles et passe à des techniques plus marquées une fois qu’il les connaît bien.
Les hits de la coloration naturelle : les éclaircissements, les effets soleil ou encore les effets ombrés (le fameux ombré hair).

Les règles d’or pour réaliser une coloration naturelle
Règle no 1 : garder de la profondeur, c’est-à-dire garder une teinte légèrement plus foncée au niveau des racines, pour créer du relief, explique Alex. « En coloration, plus on travaille près de la racine, plus ça se voit et moins ça fait naturel ! Je travaille toujours dans les mi-longueurs et les pointes pour un effet soleil. J’évite aussi le dessus de la tête et je travaille plutôt le contour du visage pour un effet bonne mine. »

 Règle no 2 : travailler finement, sans créer de lignes ou de mèches trop larges qui font tout de suite artificiel.

 Règle no 3 : travailler à l’air libre. Alex ne laisse pas poser la couleur sous du cellophane ou de l’aluminium (une technique très utilisée pour accélérer le séchage et faire pénétrer la coloration en profondeur). «  À l’air libre, on a un rendu plus léger, ça s’oxyde avec l’air et le produit s’évapore légèrement. L’éclaircissement va moins vite et moins loin », explique-t-il.

Règle no 4 : travailler au pinceau ou à la main pour fondre les éclaircissements et travailler des effets dégradés.

Règle no 5 : patiner. « Quand j’ai éclairci, je mets un voile de couleur sur l’ensemble, au bac. Ça fait un effet miroir sur le cheveu et ça fait ressortir les reflets », explique Alex.

Alex vous a vendu du rêve ? Vous pouvez prendre rendez-vous avec lui ici